El Salt de Can Pujol (fr-FR)

  • Antiga fàbrica de “Curtits Pujol”. Autor desconegut. Arxiu Comarcal del Pla de l’Estany.
  • Antiga fàbrica de “Curtits Pujol”. Autor desconegut. Arxiu Comarcal del Pla de l’Estany.
  • Antiga fàbrica de “Curtits Pujol”. Autor desconegut. Arxiu Comarcal del Pla de l’Estany.
  • Antiga fàbrica de “Curtits Pujol”. Autor desconegut. Arxiu Comarcal del Pla de l’Estany.

LA CHUTE D’EAU DE CAN PUJOL

Malheureusement, la croissance de la ville n’a pas toujours permis la conservation de tout le patrimoine industriel de celle-ci. Un exemple de cela est la chute d’eau de Can Pujol, l’unique témoignage qu’il reste d’un ancien ensemble hydraulique qui au fil des siècles apporta de l’énergie à des industries très diverses. 


L’origine de la chute remonte à la fin du Moyen-âge, lorsque toute cette partie du canal, à l’extérieur des remparts, alimentait plusieurs moulins. Il y avait en 1647 un moulin drapier et à la fin du XVIIIe siècle, l’usine textile « Masmitjà i Serratosa », qui parvint à donner du travail, directement ou indirectement à 400 personnes. Il y avait en même temps une production de papier, principalement du papier kraft et plus tard du papier à cigarette. Au début du XXe siècle, l’activité textile était partagée avec la fabrication du fameux chocolat « El Lago ». Cette diversification de la production était habituelle dans les usines de l’époque, où différentes entreprises profitaient d’une partie des installations. À partir de 1916, la tannerie « Curtits Pujol » s’installa, spécialisée dans les peaux de chèvre pour les chaussures, qui fut active jusqu’en 1991. Quelques années plus tard, l’ancienne usine fut démolie.

 

 > La révolution du coton

À partir de la moitié du XVIIIe siècle, le coton remplaça la laine comme matière première principale de l’industrie textile. L’usine la plus importante de Banyoles était celle de « Masmitjà i Serratosa », qui en 1777 produisait 20 000 cannes annuels de tissu en coton (1 canne équivalait à 1,5 mètres). Parmi ses produits les plus demandés, il y avait les « bombosins » (tissus de coton blanchis), les « blavets » (tissus bleus, utilisés pour les bleus de travail) et les bas qui s'exportaient en Castille et les Indes. L’usine fournissait également l’armée des Bourbons.

 

> Saviez-vous que...

afin de fidéliser la clientèle, tout particulièrement les plus petits, les tablettes de chocolat venaient avec un petit cadeau à collectionner ? Le chocolat « El Lago », que pendant quelques années, il a été fabriqué ici et des séries de stickers sous des thèmes très différents furent distribuées : football, artistes de cinéma, histoire du général Prim...

 

Télécharger l'itinéraire du Rec Major
bientôt disponible

Télécharger le panneau d'information du
Chute d'eau de Can Pujol